Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VIVREENSEMBLEAUFADA

Le retour de l'arbre a palabres: version 2.0

21 Mai 2015, 10:42am

L'ARBRE À PALABRES
 
Il était une fois un arbre. Il avait grandi dans l'atelier d'une magicienne. Sa graine était née de son
imagination. Le moment venue elle la planta et avec l'aide des enfants il se développa durant de
longues semaines.
 
Il était d'une essence si rare qu'aucun savant n'en connaissait l'espèce. Monsieur Végétal le
botaniste du lieu et fin connaisseur en matière d'arbres ne pût lui donner un nom. Seul Dieu le
père quand il créa la terre aurait pu concevoir un arbre pareil. Mais voilà, l'Atelier de Béatrice
( c'est le nom de la magicienne) est une sorte de Paradis où tout peut arriver, s'il le fallait le monde
serait créer en six jours !  
 
C'est ainsi, que sorti de son imagination, il se développa si bien, que bientôt il n'y eut plus de place
dans l'atelier. Tous les jours, il grandissait un peu plus et très vite il prit la forme d'un baobab. Des
feuilles de toutes les couleurs sortaient de ses branches et on se déplaçait de loin pour admirer ce
miracle. Il fut décidé qu'il deviendrait un Arbre à Palabres et que seul le Jardin d'hiver du Corbusier
était un lieu digne de lui.  
 
Il était bien triste de quitter l'atelier et ses jeunes créateurs. La transplantation ne fut pas
douloureuse car entre autres particularités, il n'avait pas de racines. On pouvait le planter où l'on
voulait ! Si ses feuilles tombaient on pouvait les remplacer et les couvrir de formules magiques.
Cela faisait pâlir tous les savants du monde.....
 
Par un bel après-midi du joli mois de Mai, il se sentit soulevé comme une plume et se retrouva
devant la porte de l'atelier. Il sentit une légère brise courir dans ses branches, c'était là une
sensation délicieuse. Une perruche verte se posa sur sa plus haute branche, il eut un peu peur
quand elle cria son admiration car son plumage ne ressemblait pas à son ramage....il comprit alors
qu'il était devenu un arbre à part entière.  
 
Il regarda une dernière fois l'atelier et traversa une allée de platanes portée dans les bras de la
magicienne un peu triste elle aussi de le voir partir vers son nouveau destin. Elle le posa devant
l'entrée afin qu'il fasse connaissance de sa nouvelle demeure. Il fut un peu effrayée par ses
dimensions, mais bien vite, il comprit qu'il était dans son élément. Né de l'imagination d'une
architecte il allait désormais vivre dans un monument digne de lui et bâti lui aussi par un grand
architecte le Corbusier. Ses feuilles avaient les mêmes couleurs que les loggias de la façade...
 
Grande fut sa frayeur quand il fallut le mettre dans l'ascenseur. Ses branches pliaient un peu et
ses feuilles tremblaient quand il arriva au jardin d'hiver. Il fut un peu déçu quand il se rendit compte
qu'il était dans un jardin sans la moindre végétation. On lui expliqua que tout est possible dans la
maison du Fada, même un jardin sans fleurs ni arbres. Il perdit quelques feuilles dans le voyage ,
mais la magicienne en trois coups de baguettes magiques lui rendit sa belle apparence.  
 
Il fut effrayée la première nuit et regrettait sa première demeure, les rires des enfants lui
manquaient et il avait appris leur nom. Qu'elle ne fut pas sa surprise de les retrouver le lendemain
autour de lui. Non seulement eux mais de nombreux admirateurs qui chantaient ses louanges, on
avait même préparé en son honneur une petite fête.
 
Il comprit alors qu'il était un arbre très exceptionnel et qu'il allait devenir célèbre. Il le fut encore
plus lorsqu'il comprit aussi, qu'il serait photographié par les touristes venus du monde entier et que
chacun lui confierait ses pensées et ses souhait. Il fut alors très fier de sa mission et eut envie de
serrer très fort la magicienne dans ses branches. (g de broches)

le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage
le grand voyage

le grand voyage

Commenter cet article